Dernière mise à jour : mercredi 22 juin 2016 - 3:59

L’Oriental plaide auprès de l’UE pour ses MRE

بتاريخ 22 Juin, 2016 - بقلم Redaction

*Des discussions en cours pour réviser les mécanismes de coopération   *30% des MRE sont originaires de l’Oriental

Les partenariats de coopération entre l’Oriental et plusieurs régions européennes (françaises, espagnoles, belges…) nécessitent un meilleur cadrage des pratiques démocratiques. C’est le but d’une visite de travail effectuée par une délégation de l’Union européenne à Oujda, cette semaine. Également pour s’enquérir des réalisations accomplies au niveau de cette région et le rôle que jouent la société civile et les instances élues dans ce cadre. «In fine recueillir les avis des élus locaux et les responsables territoriaux engagés dans l’ancrage de la démocratie locale pour spécifier les actions que peut apporter l’UE en matière d’appui au développement», a précisé Philip Holzapfel, représentant de la délégation de l’UE au Maroc. Les échanges ont également porté sur la nature du savoir-faire que peut apporter cette coopération en matière de transparence, spécification des chants d’intervention et implication effective des populations cibles. «Le choix de l’édification d’une société démocratique constitue une option définitive et irréversible comme indiqué dans la Constitution de 2011 qui a répondu aux aspirations du peuple marocain et à leurs droits fondamentaux», a rappelé Khalid Sbia, 1er vice-président du Conseil régional de l’Oriental (CRO). Et c’est aux élites locales de consolider ces acquis et appliquer la loi organique sur la régionalisation avancée, qui accorde à la société civile une place de choix dans la mise en œuvre des programmes de développement adaptables aux réalités territoriales.

A ce sujet, les différents intervenants ont insisté sur le rôle que pourrait jouer l’UE pour permettre au CRO de surmonter les difficultés qui pénalisent son territoire. «Quoique 30% des ressortissants marocains résidant en Europe sont originaires de l’Oriental, cette région ne bénéficie pas du même taux d’aide au développement octroyé par les partenaires européens au Maroc», ont-ils souligné. Les membres de la délégation européenne ont été interpellés, par ailleurs, sur la nécessité de faire une nouvelle lecture du rôle de l’UE en direction de l’Oriental et sur les mécanismes de coopération et d’aide mis en œuvre pour contribuer au développement socioéconomique et favoriser les acquis démocratiques, car il est difficile de parler de démocratie exemplaire sans développement économique.
De son côté, Tayeb Masbahi, représentant de la province de Figuig au CRO, a expliqué que «Les partenaires européens ne peuvent continuer à ignorer les conséquences néfastes sur la stabilité régionale, que représente l’arrivée massive d’une migration originaire des pays subsahariens et la menace terroriste».

Ali KHARROUBI  // L’Économiste

rme retour