Dernière mise à jour : samedi 29 avril 2017 - 9:01

Al-Hoceima : les verdicts tombent, les tensions non

بتاريخ 29 Avr, 2017 - بقلم Redaction

*Les principes du procès équitable ont été respectés *La majorité des accusés ont purgé leurs peines

Il a fallu trente heures de délibération à la chambre criminelle de première instance d’Al-Hoceima pour prononcer ses verdicts dans l’affaire du décès du poissonnier Mohcine Fikri. Sur l’ensemble des 11 poursuivis, 4 ont été acquittés. Quant au délégué provincial, le chef de service de la délégation locale du département des pêches maritimes, un vétérinaire et un agent d’autorité, ils sont condamnés à 8 mois de prison ferme avec comme chef d’accusation émission d’une attestation administrative faisant état de faits inexacts. Ils étaient poursuivis pour falsification d’écrits publics. Deux ouvriers de la société de nettoyage pizzarno/teorif et un gardien, ont écopé de 5 mois de prison ferme. Le parquet a également fait appel de ce jugement qui condamne les sept mis en cause à payer une amende de 500 dirhams. De même deux société d’assurance ont été condamnées à verser 166.000 dirhams a la partie civile alors que le gardien est condamné à débourser 33.000 dirhams à la famille de la victime. Sur la requête civile secondaire, le tribunal a donné droit aux parents du défunt à une indemnisation civile.

« Les principes du procès équitable, les procédures en vigueur et les droits de la défense ont été respectés » précise Adbib Abdennour, avocat des employés de la société de ramassage des ordures d’Al Hoceima. Par contre, ces jugements n’ont pas fait l’unanimité. « Les peines sont au dessous des attentes » explique Anouar Bellouqi, avocat de la famille de Fikri qui précise que la famille fera appel. Même appréciation chez plusieurs acteurs associatifs qui n’ont pas caché leur déception « Certes les débats ont été étayés par 24 témoignages avec expositions de documents vidéo, sonores et écrits, mais il ne faut pas oublier que c’est une personne qui a été broyée » répètent plusieurs activistes.

La prononciation de ces jugements, coïncident avec les préparatifs pour l’organisation d’une grande marche de protestation sur fond de requêtes sociales, économiques et politiques. Depuis plus d’un mois plusieurs activistes et militants de différentes causes sillonnent les localités et villes de la province pour dénoncer le retard dans l’exécution des promesses et préparer une grande marche de protestation.

À Tamssamane, Ajdir, Oulad Mghar, Bni Boufrah, Al Hoceima, Azghar … les meetings se multiplient. Les orateurs aussi ; avec des réclamations qui vont crescendo. Ces revendications se résument en quatre catégories: renforcement des infrastructures de base, amélioration des services de proximité, construction d’une université et hôpitaux équipés, lancement de projets économiques à fort impact sur l’emploi. « Tant que les chantiers de croissance ne seront pas lancés, les revendications ne s’estomperont pas » précise t-on.

Ali KHARROUBI // L’Économiste