Dernière mise à jour : samedi 2 septembre 2017 - 9:30

Oujda: Le PAM perd deux sièges parlementaires

بتاريخ 2 Sep, 2017 - بقلم Redaction

*Des élections partielles devraient se tenir    *Une décision qui fait le bonheur du PJD

Pour les sympathisants du PAM à Oujda, le verdict de la Cour constitutionnelle est tombé comme un couperet. L’élection de leurs deux députés, Youssef Houar et Abdelkader Hdouri, au titre des législatives du 7 octobre 2016, est annulée. La décision (du 23 août 2017) fait suite à une plainte déposée par Omar Hjira (au nom de l’Istiqlal). L’actuel président de la commune d’Oujda a présenté des preuves sur l’usage du mécénat à des fins électorales.

Des promesses de prise en charge médicale et recommandations pour soins, en échange du vote au profit de la liste du PAM, ont été suffisantes pour amputer le parti de ces deux parlementaires. De nouvelles élections partielles doivent ainsi être organisées. Deux députés d’un seul parti et dans une même circonscription sanctionnés d’un seul coup. Une première.

Cette décision fait le bonheur du PJD, sûr de sa base électorale. Cela pourrait faire monter le nombre de ses élus à trois sur les quatre réservés à Oujda. Plusieurs sympathisants du parti ont exprimé le souhait pour qu’Abdelilah Benkirane les représente à ces élections. Pour rappel, Benkirane avait démissionné de son siège de député à Salé, lorsqu’il était chargé de former le gouvernement, en raison de l’incompatibilité entre le statut de député et celui de chef du gouvernement. Entre-temps, il a perdu les deux…

Au PAM, les tractations ont déjà commencé pour désigner un profil pour la tête de liste. Deux noms circulent avec insistance: Kacem El Mir (l’actuel président de l’équipe de football USMO) et Abdelkader Hdouri (un député qui a perdu son siège parlementaire). Chacun des deux potentiels candidats a derrière lui un clan. Celui du président du Conseil de la région de l’Oriental ou celui du président du Conseil préfectoral d’Oujda.

Cela dit, dans cette course aux sièges parlementaires de la circonscription Oujda-Angad, il n’y a pas que le PAM et le PJD. Le RNI et l’Istiqlal peuvent changer la donne. Omar Hjira, pour qui justice a été faite, reste un favori potentiel. De son côté, Lahbib Elalj, coordonateur régional du RNI, cherche à briguer le poste qui le propulserait sur le devant de la scène.

Conformément aux dispositions de l’article 91 de la loi organique relative à la Chambre des représentants, iI est procédé à des élections partielles lorsque la Cour constitutionnelle ordonne l’organisation de nouvelles élections, suite à l’invalidation d’un ou de plusieurs représentants.
Les élections partielles doivent avoir lieu dans un délai maximum de trois mois à compter de la publication de la décision de la Cour au Bulletin officiel.

Ali KHARROUBI // L’Économiste

Légende : Est-ce la fin de la prédominance du PAM à Oujda avec l’annulation de l’élection de ses deux parlementaires, Abdelkader Hdouri (à gauche) et  Youssef Houar?  (Ph. A.K.)