Dernière mise à jour : jeudi 11 octobre 2012 - 1:12

Oujda : L’immigration en forum thématique

بتاريخ 11 Oct, 2012 - بقلم Redaction

Ce fut un plaidoyer sans équivoque pour la protection des droits des migrants au Maghreb et en Europe. Aussi, un appel solennel pour l’ouverture de frontières algéro-marocaines.   C’est ce qui a été exprimé haut et fort  lors des différents débats animés  par plus de  200  participants au 2ème  Forum social maghrébin des migrants. Durant deux jours (6 et 7 Octobre) deux forums ont été tenus, l’un à Oujda et l’autre à Oran (Algérie). Deux  rencontres qui s’inscrivent  dans la continuité du  premier forum tenu à Bruxelles en 2010 et qui  préparent le onzième forum social mondial qui aura lieu en Tunisie en 2013.

Le choix d’Oujda est dicté par son emplacement comme zone frontalière caractérisée par un flux migratoire important  et qui ne cesse d’engendrer des refoulements dans les deux sens de la frontière. Une opportunité pour les migrants concernés d’exprimer leurs attentes en matière de régularisation de leurs situations. C’est le cas des subsahariens au Maghreb et des Maghrébins et Africains en Europe.

« Cette dernière ayant cadenassé  ses frontières  cherche à impliquer les pays du sud dans la gestion de ce phénomène humain et social. Avec cette approche, c’est le Maghreb qui paie la facture salée d’un drame dont il n’est pas responsable » a déclaré  Tbal said membre de la commission de suivi  de ce  forum.

« L’aide au développement proclamée par certains pays du Nord doit bénéficier à ces migrants.et ce par la création de richesses dans leurs pays d’origine » a confié à l’économiste Hicham Baraka président de l’Association Beni Znassen ABDS. Et d’enchainer « Au Maroc ce sont quelques  10 000 subsahariens qui sont concernés par cette  situation ».

Il est à signaler par ailleurs  que les travaux de ce forum ont été ponctués par la tenue d’un rassemblement, dimanche, au point frontalier algéro-marocain Zouj Bghal. Maghrébins, africains et européens ont tous  dénoncé la fermeture des frontières  et ont  appelé au respect des accords internationaux qui plaident pour la liberté de déplacement.

« Je participe au forum pour appeler à l’ouverture des frontières entre mon pays et le Maroc. Il  est anormal que les européens,  avec leur pluralité référentielle  ont pu s’unifier alors que certaines politiques au Maghreb vont contre une unité qui coule de source » a fait remarquer Sanhaji Akhrouf de l’Association algérienne « Agir ». Tout en précisant « Je sais que beaucoup d’algériens souhaitent vivement venir au Maroc et vice versa. »

Même son de cloche pour  Fatiha Daoudi, juriste et militante associative, qui a expliqué qu’elle milite pour un statut spécial pour les populations des zones  frontalières entre le Maroc et l’Algérie car se sont-elles qui souffrent de cette opacité des esprits.

Ali KHARROUBI